cendres.net

Duong Tam Kien
Architecte de l'information
Sociologue

Herbert Simon, les sciences de l'artificiel #1

18.11.2008
Historiquement et traditionnellement la mission des disciplines scientifiques a été d'enseigner les connaissances relatives aux phénomènes naturels ; comment sont-ils constitués et comment fonctionnent-ils ? Et la mission des écoles d'ingénieurs a été d'enseigner les systèmes artificiels : comment fabriquer des artefacts ayant les propriétés souhaitées et comment les concevoir ? Les ingénieurs ne sont pas les seuls concepteurs professionnels. Quiconque imagine quelque disposition visant à changer une situation existante en une situation préférée est concepteur. L'activité intellectuelle qui produit les artefacts matériels n'est pas fondamentalement différente de celle par laqelle on prescrit un remède à un malade ou par laquelle on imagine un nouveau plan de vente pour une société, voire même une politique sociale pour un Etat. La conception ainsi conçue, est au coeur de toute formation professionnelle. C'est elle qui fait la différence entre sciences et professions. Les écoles d'ingénieurs, comme les écoles d'architecture, de droit, de gestion, de médecine, les écoles normales d'enseignement, toutes sont concernées, au premier chef, par le processus de la conception. Par un paradoxe ironique, alors que s'affirme le rôle décisif de la conception dans toute activité professionnelle, les sciences naturelles au XXème siècle, surtout dans les deux ou trois décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, ont presque complètement éliminé les sciences de l'artificiel du programme des écoles formants des professionnels. Les écoles d'ingénieurs sont devenues des écoles de physique et de mathématiques ; les écoles de médecines sont devenues des écoles de sciences biologiques ; les écoles de gestion des entreprises sont devenues des écoles de mathématiques finies. L'usage de qualificatifs du type "appliqué" dissimule le fait, mais ne le change pas ! Il signifie simplement que, dans les écoles professionnelles, les matières enseignées sont sélectionnées dans les domaines des mathématiques et des sciences naturelles, en insistant simplement sur ce que l'on tient pour plus particulièrement intéressant ou utile dans telle ou telle activité professionnelle. Mais il ne signifie pas que la conception soit enseignée en tant que telle, distincte de l'analyse. Ce mouvement vers les sciences naturelles s'éloignant des sciences de l'artificiel, s'est effectué plus avant et plus rapidement en ingéniérie, en gestion et en médecine que dans les autres domaines professionnels que j'ai mentionnés, bien qu'il n'ait pas été absent des écoles de droit ou de journalisme, ni même des écoles de documentalistes. Les universités les plus réputées ont été plus affectées que les autres par ce phénomène, et les programmes de niveau "troisième cycle" plus que ceux des premiers cycles. Aujourd'hui encore, rares sont les thèses de doctorat rédigées dans les facultés de bonne réputation qui traitent de véritables problèmes de conception, alors que celle concernant la physique de