cendres.net

Duong Tam Kien
Architecte de l'information
Sociologue

Hebert Simon, les sciences de l'artificiel #2 : le rôle de la conception dans la vie de l'esprit

19.11.2008
J'ai appelé mon sujet "théorie de la conception" et mon programme "cours de conception". J'ai insisté sur son rôle -- à côté de celui de l'enseignement des sciences naturelles -- dans le programme d'ensemble des écoles d'ingénieurs et, plus généralement, dans la formation de tout profesionnel dont la tâche est de résoudre des problèmes, de choisir, de synthétiser, de décider. Mais la théorie de la conception peut également être considérée d'une autre façon, en relation avec d'autres connaissances. (...) Nombre d'entre nous ont été désolés de voir ce découpage de notre société en deux cultures : les sciences d'une part, les humanités de l'autre. Nous pensons d'aileurs qu'il n'y a non pas deux mais plusieurs cultures. Si nous regrettons ce découpage, nous nous devons de chercher le noyau commun de connaissances qui peut être partagé par les membres de toutes les cultures -- un noyau qui ne comprennent pas seulement des matières telles que le temps, les sports, l'automobile, les soins aux enfants et, peut-être, la politique. C'est une compréhension commune de nos relations avec les environnements internes et externes définissant l'espace dans lequel nous vivons et nous choisissons qui peut constituer fût-ce particulièrement, ce noyau essentiel. Cette déclaration peut sembler extravaguante. Le domaine de la musique peut éclairer mon intention : la musique est l'une des plus anciennes des sciences de l'artificiel ; les Grecs la tenaient pour telle. Tout ce que j'ai dit de l'artificiel s'applique aussi bien à la musique, à sa composition, à son plaisir aussi, qu'aux sujets d'ingénierie que j'ai utilisés pour la plupart de mes illustrations. La musique demande une structure formelle. Elle a peu de contacts avec l'environnement interne bien qu'ils soient importants. Elle est capable de provoquer de fortes émotions, ses structures sont détectables par des auditeurs humains et certaines de ses relations harmoniques sont susceptiles d'interprétations physiques et physiologiques (leur analyse esthétique est d'ailleurs discutable). Avec son environnement externe, en revanche, lorsque nous considérons la composition comme un problème de conception, nous rencontrons exactement les mêmes activités de représentation, d'évaluation et de recherche d'alternatives que dans n'importe quel autre problème de conception. Nous pouvons même, si nous le voulons, appliquer à la musique certaines des techniques de conception automatisée par ordinateur que nous utilisons dans d'autres domaines de la conception. Si la musique composée par ordinateur n'a pas encore atteint des niveaux remarquables dans l'ordre de l'excellence esthétique, il n'en demeure pas moins qu'elle mérite -- et qu'elle a déjà reçu -- une attention sérieuse de la part des compositeurs et des analystes professionnels : ils ne la trouvent